Projet belgo-canadien

À l’initiative du Collège communal de la Ville du Roeulx, un groupe de travail a été mis en place en mai 2014.

Celui-ci est constitué de représentants de la Ville et de l’Office du Tourisme, des militaires canadiens basés au SHAPE et d’historiens locaux.

Depuis son initiative en 2014, le projet a obtenu le soutien de l’Ambassadeur du Canada, l’attention du Ministre canadien des Anciens Combattants qui nous a d’ailleurs fait l’honneur de visiter le site en août 2014 et la collaboration du Ministre belge du Tourisme et de la Direction des Aménagements paysagers de la DGO1.

La Commission des Arts de Wallonie collabore également au projet dans le cadre de la sélection de l’artiste qui réalisera le monument.

Des liens d’amitiés belgo-canadiens se sont tissés progressivement au fil des nombreuses rencontres des membres du groupe de travail.

Cela a permis de développer des évènements connexes tels que la participation active du corps militaire canadien à la commémoration annuelle du 11 novembre ou encore l’inauguration, le 24 avril 2015, de l’école maternelle et primaire George Price située à proximité du futur Mémorial.

© Jean Leclercq

© Jean Leclercq

 

George Price ou l’archétype de la liberté

Au fil du temps, la personne de George Price s’est ancrée dans le cœur des Rhodiens.

L’arrivée des Canadiens au Roeulx a été vécue par les citoyens de l’époque comme un véritable « souffle », un soulagement.

Il existe d’ailleurs au Roeulx de nombreuses références à leur présence comme en témoignent notamment la rue Canadienne ou encore celle de la Liberté (symbole de la libération du Roeulx par les Canadiens). Pour les Ville-sur-Hainois, le monument Price lui-même est un symbole de liberté.

© Jean Leclercq

© Jean Leclercq

La présence de George Price chez nous avait pour objectif de contrer l’ennemi, protéger les populations et libérer nos terres de la présence allemande.

Ce faisant, ce soldat canadien incarne pour les Rhodiens, et à plus large échelle pour la Belgique entière, les forces alliées venues combattre aux côtés des Belges.

Unis dans le même combat et contre les mêmes outrages, Canadiens et Belges luttaient ensemble pour la paix et la liberté.

George Price fait dès lors également figure d’exemple, d’archétype dans le sens où il représente à lui seul tout le courage et la détermination des soldats venus combattre parfois jusqu’à la mort sur le territoire belge. Par-là, c’est toute notre communauté belge qui reconnaît en cet homme un modèle luttant au-delà des frontières afin de garantir à chacun un avenir meilleur.

Chaque année, à l’occasion de la commémoration de la fin de la Première Guerre mondiale, les élèves des écoles du Roeulx viennent rendre hommage à George Price.

Ils sont d’ailleurs souvent profondément touchés par le fait que celui-ci ait été tué deux minutes avant la mise en application du cessez-le-feu consécutif à la signature de l’Armistice.

C’est certainement ce sentiment d’injustice et d’impuissance qui a favorisé l’adhésion affective des populations pour la figure de George Price.

En raison de cette énorme charge symbolique et affective que porte la figure du soldat George Price, la Ville du Roeulx souhaite renouveler sa mémoire en lui offrant un lieu d’hommage digne des grands héros de l’histoire et donc en renouvelant complètement son mémorial actuel.

Par ce projet de mémorial, qui permettrait de témoigner notre reconnaissance envers l’engagement des pays du Commonwealth lors de la Première Guerre Mondiale, nous nous efforçons de promouvoir le Tourisme de Mémoire qui participe au devoir d’enrichissement civique et éducatif tout en contribuant à la vitalité économique et culturelle des territoires.

Tourisme de mémoire

Le tourisme de mémoire, appelé aussi tourisme mémoriel, est une forme de tourisme qui consiste à mettre en avant le patrimoine historique du lieu, en particulier quand le site en question a été marqué par un évènement ponctuel, marquant en ce qu’il peut être fondateur ou potentiellement douloureux. Ce peut être une bataille, un acte politique, un massacre. Le tourisme de mémoire se développe donc notamment par la visite de sites historiques notables, de cimetières militaires et de monuments anciens, mais aussi d’édifices commémoratifs bâtis après et indépendamment de l’évènement (musées et mémoriaux) – Définition Wikipédia

Les commentaires sont clos.